Histoire et évolution d’InnoPark

De l’idée à la société anonyme: l’histoire d’InnoPark Suisse SA se scinde en trois étapes.

InnoPark, département de la Haute École spécialisée à distance de Brigue

Début 2003, Jean-Gabriel Gander prend la direction du service de recherche appliquée et de développement (Ra & D) de la Haute École spécialisée à distance de Brigue. Peu après, cet ingénieur électricien EPF soumet aux responsables de l’établissement le projet d’intégrer le concept de mesures du marché du travail (MMT) de la Confédération à l’école. La Haute École proposait déjà des formations continues. Elle était chargée de mener des projets de petite envergure dans le cadre des activités de Ra & D.

L’idée reçoit un accueil favorable et compte, dès le milieu de l’année 2003, 50 premières inscriptions. L’offre ne cesse de s’étoffer. En 2004, le nombre de participants atteint la centaine. Mais malgré cette réussite, la direction décide, au début de 2005, de mettre un terme aux contrats de travail des huit collaborateurs et de résilier les baux de location des locaux.

Jean-Gabriel Gander se met donc en quête de partenaires pour lancer et développer l’idée d’InnoPark. Le programme se poursuit en collaboration avec René Kästli et Hans Flückiger, tous deux professeurs et docteurs en sciences politiques, Martin Thomann, docteur en économie à la HSG et Walter Borter, licencié en sciences politiques. Le SECO lui accorde son soutien total.

Association InnoPark Suisse

Parallèlement à l’accompagnement des participants, les auteurs du projet finalisent tous les préparatifs nécessaires pour donner au projet la structure juridique d’une association, le 21 septembre 2005. Les membres fondateurs sont les suivants: Jean-Gabriel Gander, directeur, ainsi que René Kästli, Hans Flückiger, Martin Thomann et Walter Borter, membres du comité. 

Pour atténuer le risque financier, des demandes de garantie sont déposées auprès de plusieurs cantons. La Direction de l’économie et de l’emploi du canton de Zoug est la première à accorder une garantie de départ de CHF 30 000.00 à CHF 50 000.00 au siège social.

En 2005, le budget octroyé par le SECO se monte à CHF 857 000.00. En 2008, cette somme s’élève à 2,6 millions de francs.

 

Fondation de la société anonyme

Au deuxième semestre 2007, le comité de l’association travaille d’arrache-pied à la création d’une société anonyme et mène des pourparlers avec le SECO, qui donne son feu vert le 26 mars 2008. Le capital-actions de la société est fixé à CHF 100 000.00. Les actionnaires fondateurs, René Kästli, Hans Flückiger, Martin Thomann et Walter Borter, participent chacun à hauteur de CHF 25 000.00. Depuis le 1er juillet 2016, Denise Fessler est responsable de l’ensemble des activités opérationnelles, en qualité de CEO.

Si, en 2009, le SECO octroie un budget de 3,2 millions de francs, ce montant s’élève à 7,1 millions en 2015. Le budget a plus que doublé pendant ces six années. Le nombre de participants est passé de 120 à 260.